Miami Québec

 "Missions Éco-touristiques"

UN RÉCENT ARTICLE SUR
NOTRE MISSION

 

MIAMI-QUÉBEC VA VENIR

NETTOYER LA MANGROVE DE FLORIDE !

 

L’organisme Miami-Québec organisera dans les Keys de Floride sa première mission de nettoyage des particules plastiques entre le 23 avril et le 3 mai.

 

Il y avait déjà eu une initiative du consulat du Canada qui avait suscité un nettoyage bénévole de la plage de Hollywood en février dernier, mais cette fois c’est un organisme québécois qui vient s’occuper de la nature du sud-Floride. Ca paraîtra étrange à beaucoup que des bénévoles soient obligés de venir d’aussi loin pour soigner la Floride, mais bon en tout cas, comme chacun le sait, des paires de bras supplémentaires ne seront pas superflues vu l’état de certains endroits aussi bien dans la ville de Miami qu’à l’extérieur. Que ce soit dans les « State Parks » où dans les Keys, se résigner à voir des bouts de plastique flotter un peu partout est devenue une triste habitude. « C’était pire à Bimini, (Bahamas) et on a réussi à inverser la tendance« , explique Bertrand Myre, président de Miami-Québec, organisme à but non-lucratif, qui fait ainsi suite à «Bimini-Québec». « Nous avons organisé une trentaine de missions de nettoyage des mangroves à Bimini durant 5 ans, et nous nettoyions plus vite que l’arrivée de la pollution plastique. On compte faire de même à Miami. » Et l’investissement à Bimini ne s’arrêtait pas là, puisque la présence de cet organisme a également permis de collaborer avec les autorités locales et les populations à une meilleure maitrise de l’environnement. « Par exemple quand on avait commencé, les bouteilles consignées n’existaient pas, alors qu’aujourd’hui c’est le cas. A force de donner l’exemple, on finit par avoir un impact« .

 

Alors, ça va se passer comment à Miami ? « Notre but c’est de créer une activité éco-touristique qui favorise l’action et la prise de conscience environnementale. Nous organisons des voyages à un prix très bon marché. Nous logeons sur des voiliers qui ont été réparés après avoir été victimes des ouragans. Le prix est donc très abordable, et les activités de nettoyage sont sympathiques et rafraichissantes : ce n’est pas une corvée. Nous souhaitons aussi monitorer le retour des déchets de plastique sur les espaces nettoyés ; mesurer la quantité de particules dans le sable des berges et dans l’eau….« 

 

Mais d’où vient toute cette pollution plastique ? Des ravages causés par les ouragans ? « En fait à Miami il y a un mélange de négligence et de pollution par le vent. Mais il y a pire : quelques recherches ont démontré que le plastique de Miami se retrouve dans un continent de plastique qui se développe dans les Caraïbes. Donc le but c’est de l’enlever des mangroves avant qu’il ne se retrouve au large. Certains plastiques peuvent prendre jusqu’à 1000 ans avant de disparaître, alors chacun des objets ramassés et correctement recyclés, près des océans, est un geste très significatif. Autrement, comme vous le savez sans doute, beaucoup de particules finissent dans les estomacs des animaux marins.« 

 

Bertrand Myre est le fondateur de l’organisme, qui compte aujourd’hui 280 adhérents. Il est originaire de St-Lazare (Qc) (dont il a été maire durant 5 ans), et les bénévoles viennent pour leur part d’un peu partout au Québec. Mais dès cette première mission en Floride il y aura des bénévoles Français (en l’occurence des Antilles) à participer. Et au niveau du financement, ça se passe comment ? « A Bimini il n’y avait pas autant de francophones, alors c’était souvent des Américains qui nous signaient un chèque sur leur voilier ou le long de la route. Ici j’espère qu’on aura des partenaires pour nous aider à nous développer : les particuliers comme les entreprises sont tous les bienvenus pour ça, et tous ceux qui veulent faire du bénévolat en Floride ! »

 

En tout cas, voici un lien de plus entre la Floride et le Québec, et ce n’est ni le moins utile, ni le moins sympathique : on en reparlera donc à l’avenir puisqu’il y aura 7 à 8 missions chaque année !

 

Article - De Floride LE COURRIER -13 avril 2019

Voir l'article

 

contact@miamiquebec.ca

Image crédit : Caroline Power

un article expliquant bien la situation critique du plastique dans l'océan

 

DES PHOTOGRAPHIES INQUIÉTANTES DES CARAÏBES MONTRENT UNE MER DE PLASTIQUE ET DE POLYSTYRÈNE

 

Plus de huit millions de tonnes de plastique finissent dans les océans chaque année. Les experts estiment qu’il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans d’ici 2050. Si ces statistiques ne vous donnent pas la chair de poule, alors les photos suivantes, prises par la photographe basée à Roatan, Caroline Power, le feront probablement.

 

Récemment, Caroline Power a dévoilé des photographies inquiétantes prises près de l’Île des Caraïbes appartenant au Honduras. Chacune révèle ce qu’elle appelle une « mer de plastique et de polystyrène. » Comme le rapporte The Independent, la mer de l’île est bouleversée par une marée de déchets plastiques. Parmi les déchets on retrouve des couverts en plastique, des sacs, des bouteilles et des emballages qui flottent parmi les algues.

 

[...]

 

10 FAITS SUR LA POLLUTION PLASTIQUE :

 

1) À Los Angeles, 10 tonnes de déchets plastiques comme des sacs de supermarché, des pailles et des bouteilles de soda, se déversent chaque jour dans l’océan Pacifique.

 

2) Les humains ont produit plus de plastique au cours des dix dernières années que nous n’en avons produit au cours du siècle dernier.

 

3) 50 pour cent du plastique que nous utilisons est jeté après une seule utilisation.

 

4) Nous ne récupérons actuellement que 5% du plastique que nous produisons.

 

5) L’Américain moyen jette environ 90 kg de plastique par an.

 

6) Le plastique représente environ 10% du total des déchets générés.

 

7) La production de plastique utilise environ huit pour cent de la production mondiale de pétrole (les bioplastiques ne sont pas une bonne solution car ils nécessitent des cultures vivrières).

 

8) Le plastique de l’océan se décompose en fragments tellement petits que les morceaux de plastique d’une bouteille d’un litre peuvent se retrouver sur toutes les plages du monde.

 

9) Le plastique met entre 500 et 1000 ans à se décomposer.

 

10) Il y a des milliards de kilos de plastique dans les océans, ce qui représente environ 40 pour cent des surfaces océaniques mondiales. 80% de la pollution vient de la terre.

 

L’environnement, la faune et les générations futures ont besoin de nous. En réalisant de petits changements dans notre vie quotidienne, et en diminuant notre empreinte carbone, nous pourrons faire une grande différence dans notre environnement.

 

Article -Sain et naturel- 27 novembre 2017

Voir l’article